Tentes de randonnée légères : guide d'achat

L'un des aspects les plus cool de la randonnée de plusieurs jours est de pouvoir arriver dans un endroit totalement sauvage, d'enlever son sac à dos et d'en extraire un abri suffisamment grand pour vous protéger, vous et tous vos biens, des éléments. En d'autres termes : porter sa maison sur son dos, comme un escargot hautement évolué. Ce miracle du logement est plus confortable que jamais aujourd'hui, grâce aux matériaux légers et aux conceptions avancées des tentes modernes, mais l'éventail de choix peut être déroutant. Des dizaines de facteurs entrent en jeu dans la conception d'une tente, et il est parfois difficile de savoir ce qui les différencie. Cette anatomie simple énumère les principales caractéristiques d'une tente pour donner aux acheteurs potentiels une meilleure idée de ce qu'ils doivent rechercher.

Forme : Les formes des tentes peuvent être classées en trois catégories principales : tunnel, dôme et géodésique. Les tentes tunnel ont généralement plus d'espace intérieur utilisable et sont très stables en cas de vent fort, à condition d'être correctement orientées et solidement fixées. Elles ont généralement une seule porte avec un vestibule (la zone couverte entre le double toit et la porte intérieure), utilisé pour ranger le sac et cuisiner par mauvais temps. Les tentes dômes sont autoportantes, faciles à déplacer et ne nécessitent qu'un seul piquet pour chaque porte (au minimum), mais perdent en stabilité. Les modèles pour deux personnes ont une porte et un vestibule de chaque côté. Les tentes géodésiques sont similaires aux dômes mais comportent plus de croisements de piquets et sont donc plus stables, ce qui explique qu'elles soient souvent utilisées pour l'alpinisme.

Tente intérieure : Le corps principal de la tente, l'intérieur définit votre espace de vie et peut être construit en filet (pour les temps plus chauds) ou en nylon fermé (pour le froid). Montez à l'intérieur pour vérifier les dimensions, la hauteur de tête et la facilité d'utilisation. Elle doit comporter de nombreuses poches, et un grenier à bagages peut être utile pour les séjours prolongés.

Double toit : Recouvrant complètement l'intérieur, le double toit est l'enveloppe protectrice de la tente, à la fois imperméable et coupe-vent. La plupart sont fabriqués en nylon ou en polyester, le premier étant un tissu plus résistant mais susceptible de s'affaisser lorsqu'il est mouillé. Les modèles ultralégers utilisent le DCF ou Dyneema Composite Fabric, qui est très léger et très cher. Les plumes sont généralement scellées par du ruban adhésif le long des coutures pour empêcher l'infiltration d'eau, et siliconées à l'extérieur pour plus de solidité. Certains sont siliconés des deux côtés et cousus avec du fil siliconé, ce qui rend inutile l'utilisation de ruban adhésif. Les rayons UV du soleil constituent la plus grande menace pour les moustiquaires ; si vous laissez une tente exposée au soleil jour après jour, elle se dégradera et se déchirera bien plus tôt que prévu. Notez le "poids" ou l'épaisseur du tissu du double toit, mesuré en deniers (D) ; 70D est relativement lourd ; 7D est super léger.

Peau unique : La raison pour laquelle les tentes ont un intérieur et un double toit, et non pas une seule couche, est la respirabilité - une telle conception dégoutterait de la condensation pendant la nuit et tremperait les occupants de l'intérieur. Une membrane imperméable/respirante comme Gore-Tex n'est pas suffisamment respirante pour une tente. Un petit nombre de tentes d'escalade en haute altitude utilisent cette conception lorsque les températures sont suffisamment basses pour geler la condensation, ce qui élimine le problème.

Plancher : En tant que couche qui sépare le dormeur du sol, le sol de la tente est généralement plus épais et plus résistant à l'abrasion que les parois. Pour gagner du poids, certains fabricants conservent un plancher mince mais produisent un tapis de sol compatible, ou "empreinte", pour le protéger si nécessaire.

Tête hydrostatique : il s'agit de la mesure du degré d'imperméabilité des matériaux, qui se mesure en millimètres. Elle représente la hauteur que devrait avoir une colonne d'eau pour traverser le tissu. Il y a un débat sur la hauteur suffisante, ou sur le point à partir duquel cela n'a plus d'importance, mais un chiffre minimum décent serait de 3000 mm.

Montage : Il y a trois façons de monter une tente : d'abord l'intérieur (normal pour les modèles dômes et géodésiques), d'abord l'extérieur, ou les deux ensemble (normal pour les modèles tunnels). Cette dernière méthode est appelée "montage intégral" et est idéale par mauvais temps car elle permet de garder la tente intérieure au sec pendant le processus de montage.

Mâts : Il s'agit généralement de sections légères en aluminium, reliées par un sandow. La marque coréenne DAC est universellement considérée comme le leader du marché. N'oubliez pas de ne pas " casser " les arceaux lors du montage de la tente. Bien que cela puisse être tentant, cela peut gravement affaiblir les extrémités et les articulations. Certaines tentes sont conçues pour être utilisées avec des bâtons de trekking, ce qui est un bon moyen de gagner du poids. Les mâts en fibre de verre sont plus lourds et plus cassants, et ne sont plus utilisés dans les tentes légères.

Les piquets : Il existe différentes formes de piquets sur le marché, mais les piquets en forme de Y ou de V sont les meilleurs, et doivent être suffisamment solides pour résister à plusieurs coups de pierre sans plier ni se casser. Un alliage léger d'aluminium ou de titane est le meilleur choix, et la tente doit comporter suffisamment de piquets pour tous les points et haubans.

Lignes de haubanage : Pour une stabilité accrue dans des conditions venteuses, il est utile de disposer d'au moins quatre haubans. Elles doivent être équipées de systèmes de tension et il est préférable qu'elles aient leur propre pochette de rangement.

Poids minimum : Il s'agit d'un chiffre souvent cité par les fabricants de tentes pour faire paraître leurs tentes plus légères, mais il peut être trompeur. Il peut s'agir du poids du simple double toit, des arceaux, de l'empreinte et des deux piquets. Le "poids total" est une meilleure représentation de ce qu'il faut réellement transporter dans la plupart des randonnées.